Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'astronomie à portée de tous

Avec son observatoire astronomique ouvert au public, situé à Valcourt en Haute-Marne à proximité de Saint-Dizier et à quelques km du Lac du Der, la Société d'Astronomie de Haute-Marne (SAHM) est une association animée par des passionnés d'astronomie dans le but de rendre cette science accessible au plus grand nombre. L'association possède plusieurs téléscopes dont un de 305 mm de diamètre informatisé sous coupole, un planétarium et une salle de conférence. Des soirées d'observation et de découverte du ciel sont organisées régulièrement. Le 3ème vendredi du mois, des conférences sur des thèmes variés sont proposées au public. N'hesitez pas à prendre contact avec nous ou nous retrouver sur le forum.

Coordonnées

Observatoire de Valcourt, 6 rue Roger Etienne 52100 Valcourt Tél/répondeur: 03 25 06 22 18 Courriel contact@observatoire-valcourt.fr
27 mai 2008 2 27 /05 /mai /2008 09:27

Par Alicia Chang AP - il y a 43 minutes

PASADENA, Californie - La sonde américaine Phoenix Mars Lander s'est posée avec succès près du pôle nord de la planète rouge lundi, avec pour mission de creuser le sol martien à la recherche d'éventuelles traces de vie.

Moins de deux heures plus tard, l'appareil avait déjà envoyé une quarantaine d'images des alentours en noir et blanc, dont une montrant son pied sur le sol martien, parmi des petits cailloux. D'autres photos représentent l'horizon de la plaine arctique et le sol où des motifs géométriques rappellent ce que l'on peut voir dans les régions polaires terrestres.

"C'est absolument magnifique", a commenté Dan McCleese, scientifique au Laboratoire de propulsion à réaction (JPL) de la NASA. "Ca m'a tout l'air d'un excellent endroit pour creuser".

Un plus tôt, la mission de contrôle du JPL avait laissé exploser son soulagement à Pasadena en Californie lorsque l'appareil avait émis un signal un peu avant minuit (GMT), montrant que la descente de 7 minutes à travers l'atmosphère martienne s'était bien déroulée.

"Même dans mes rêves, cela n'aurait pas pu mieux se dérouler", a déclaré le responsable du programme Barry Goldstein. "C'est allé droit dans le mille".

Les premières images envoyées par Phoenix montrent que l'appareil a déplié ses panneaux solaires, comme prévu, après que la poussière soit retombée.

Phoenix est entré dans l'atmosphère martienne à la vitesse de 19.311 km/h au terme d'un voyage à travers l'espace de dix mois et 711 millions de kilomètres. Durant les sept minutes de la descente, la sonde a utilisé l'effet de traînée de son bouclier thermique, déployé un parachute, puis, peu avant de toucher le sol, a allumé des rétrofusées pour ralentir la descente à 8km/h et se poser en douceur.

Aucun atterrissage direct sur Mars n'avait plus été réussi depuis les deux orbiteurs Viking en 1976. Les deux robots d'exploration ou "rovers" de la NASA qui s'étaient posés sur la planète rouge en 2004 avaient utilisé des parachutes et des coussins gonflés d'air pour amortir le contact avec le sol.

Doté d'un bras robotisé de 2,5 mètres de long capable de creuser des tranchées de 60 centimètres de profondeur, Phoenix doit étudier le sol de la région arctique encore inexplorée de Mars, qui dissimulerait une couche de glace, selon les astronomes. Contrairement aux engins mobiles précédemment envoyés par la NASA, Phoenix ne se déplacera pas pendant les 90 jours de sa mission.

L'appareil prendra dans un premier temps des photos du paysage alentour, à l'instar d'un touriste en voyage dans un pays étranger. Il communiquera images et données à la Terre par l'intermédiaire de trois sondes de la NASA orbitant autour de Mars.

La zone d'atterrissage, une large vallée se trouvant à des latitudes nord comparables au Groenland ou au nord de l'Alaska sur Terre, avait été choisie car il y a plus de chances, si des composés organiques existent, qu'ils aient été préservés dans la glace. Les astronomes ne s'attendent pas à trouver de l'eau sous forme liquide sur place car il y fait trop froid.

Le sol et les morceaux de glace excavés seront étudiés par le laboratoire scientifique de Phoenix. Ils seront cuits dans des fours miniatures et les vapeurs émises seront analysées pour rechercher des composés organiques. Par ailleurs, la présence de traces de sel ou de sable pourrait constituer un élément de preuve que de l'eau a jadis coulé à cet endroit.

Le succès de l'opération est un grand soulagement pour la NASA, Mars ayant la réputation de consommer un grand nombre d'engins de l'espace. Plus de la moitié des projets sur la planète rouge ont jusqu'à présent échoué.

Phoenix pourrait survivre un mois après sa mission de 90 jours, et ainsi voir la fin de l'été ou l'automne martien. Le coût de la mission est estimé à 420 millions de dollars (270 millions d'euros). AP

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Observatoire Astronomique de Valcourt - dans actualités astronomiques
commenter cet article

commentaires